Le 8 avril 2016, l’Union européenne (UE) a adopté un nouveau règlement dénommé « Règlement Général sur la Protection des Données » et plus simplement désigné par « RGPD ». Ce règlement remplace la directive sur la protection des données personnelles 95/46/CE et s’applique à tous les États membres de l’UE sans qu’aucun texte national de transposition ne soit nécessaire.

Adoptée en 1995, la directive sur la protection des données personnelles a constitué un grand pas dans la protection des informations personnelles des résidents de l’UE. Cette directive n’étant toutefois pas standardisée entre tous les États membres, elle présentait des incohérences rendant son exécution difficile pour les organisations exerçant des activités dans plusieurs pays. Le RGPD comble ces insuffisances en standardisant la protection des données, quel que soit le lieu.

Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) à venir, qui entre en vigueur en mai 2018, a suscité beaucoup de confusion dans le secteur s’agissant de la vidéosurveillance et de l’enregistrement vidéo opéré par les véhicules.

Certains clients, ayant des incertitudes sur la façon de mettre en œuvre la nouvelle législation sur la protection des données, se sont mis à spécifier que les caméras de leurs véhicules n’identifient pas les passants, par crainte de porter atteinte à la vie privée des individus. Quelques fabricants de caméras de vidéosurveillance pour véhicules ont ajouté à la confusion en prétendant à tort que « leur produit est conforme au RGPD ». Enfin, les informations fournies par les médias sont, dans le meilleur des cas, restées d’ordre général.