La pollution sonore est un problème universel

Il est six heures du matin et vous dormez à poings fermés. Soudain, vous êtes réveillée par une alarme de recul qui égrène ses bip, bip dans la rue.

Ce vacarme vient peut-être d’une camionnette de livraison, d’une benne à ordures ou d’un camion de recyclage, quelle qu’en soit l’origine, vous êtes bien réveillée et vous allez vous sentir fatiguée toute la journée.

Si ce scénario matinal vous semble familier, vous n’êtes définitivement pas seule. La perturbation du sommeil par le bruit de la circulation et les alarmes est une réalité quotidienne pour des millions de personnes partout dans le monde. Pendant des décennies, on a pensé que la pollution sonore était un désagrément plutôt qu’une menace pour la santé publique : une irritation, pas un danger. Mais les effets profonds sur notre santé mentale et physique commencent tout juste à être compris.

En 2011 l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié un rapport intitulé « La charge de morbidité imputable au bruit ambiant ». Ce rapport révélait que les effets nocifs du bruit ambiant  (définis comme le bruit hors des lieux de travail industriels) sont bien plus importants qu’on ne l’imaginait.

On y découvre qu’une personne sur cinq ne dort pas bien la nuit à cause du bruit de la circulation. La conséquence directe de cette exposition est un risque accru de plusieurs  maladies dont les maladies cardiaques, l’hypertension artérielle, les troubles cognitifs, les acouphènes, l’anxiété et la dépression.

En Europe occidentale, l’OMS a calculé qu’au moins 1 million d’années de vie en bonne santé sont perdues chaque année à cause du bruit de la circulation. Cette conclusion étonnante a conduit les législateurs et les organismes de régulation du monde entier à repenser la réglementation.

Chez Brigade Electronics, nous n’avons pas été surpris par les conclusions du rapport de l’OMS. En fait, la pollution sonore est une question que notre fondateur, Chris Hanson-Abbot, a étudié dès 1990. Bien que Brigade ait lancé les alarmes de recul à « bip, bip » dans les années 1970, Chris savait que les premiers modèles, désormais présents dans toutes les villes du monde, allaient présenter des problèmes imprévisibles. Il fallait changer d’attitude.

Grâce au développement rapide des technologies, Brigade a mis au point une alarme « à bruit blanc » unique en son genre et brevetée. Lancée en 2001, puis perfectionnée et modernisée  au fil des années, l’alarme de recul bbs-tek® White Sound® de Brigade emploie une technologie à larges bandes de fréquences large bande qui émet une sonorité« SHH-SHH » qui ressemble plus au bruit des vagues qu’au son strident d’une alarme traditionnelle.

En plus d’être plus douce à l’oreille, une alarme bbs-tek® est plus facile à localiser parce qu’elle est très directionnelle. Autrement dit, elle est entendue clairement par les piétons et autres usagers de la route se trouvant dans la zone de danger, mais se dissipe rapidement ce qui atténue l’irritation et le préjudice éventuel pour toute personne à proximité.

De nombreuses expériences ont prouvé l’efficacité des alarmes bbs-tek® qui sont désormais reconnues être les plus sûres du monde en raison de leur source sonore localisable instantanément. Nous sommes fiers d’avoir reçu de nombreuses reconnaissances pour ce produit révolutionnaire, notamment le label Quiet Mark de l’association Noise Abatement Society, la seule alarme de recul à avoir reçu  une distinction aussi prestigieuse.

Où que vous habitiez, à la campagne, en ville ou en banlieue, il est probable qu’une alarme bbs-tek® de Brigade a retenti près de chez vous et qu’elle a averti les personnes à proximité du danger potentiel d’un véhicule qui reculait. Vous dormiez, nous dites-vous ? Nous sommes ravis de « l’entendre » !

Pour en savoir plus sur nos alarmes de recul et d’avertissement, ainsi que sur leurs applications sur route et dans les chantiers, n’hésitez pas à nous contacter.

Mots clés

An