Chris Hanson-Abbott fonde Brigade Electronics en 1976, inspiré par le signal sonore étrange qu’il avait entendu émanant de l’arrière d’un petit camion dans une rue de Tokyo.

A cette époque, la sécurité en marche arrière n’avait pas été abordée en dehors du Japon, mais avec la loi sur la santé et la sécurité au travail récemment adoptée au Royaume-Uni et les véhicules qui étaient responsables d’un grand nombre d’accidents mortels, Chris a senti que le moment était favorable changement.

Avec le soutien de la SMMT (Society of Motor Manufacturers and Traders ), Brigade lance sa première alarme de recul au salon du véhicule utilitaire de Londres en 1976. La réaction est mitigée. La presse est curieuse, mais les constructeurs automobiles et les propriétaires de parcs de véhicules sont moins enthousiastes, et le salon s’achève sans une seule vente. Comble de publicité, le ministère des Transports annonce alors que les alarmes de recul enfreignent les règles d’homologation des véhicules, et qu’elles sont donc illégales.